Hébertisme

Philosophie pratique du début du XXème siècle, l’hébertisme est d’une étonnante actualité! Considérant l’être humain comme un tout, corps, esprit et émotion, l’hébertisme regarde également la vie humaine comme un tout depuis la préparation physique jusqu’à la culture, en passant par des savoirs manuels et une structure morale, le tout dans un but d’aide, de soi même comme d’autrui.

On peut retrouver des similitudes avec le mouvement survivaliste qui rappelle à l’être humain (trop?) civilisé et (hyper) spécialisé qu’il est en fait multi-capable, et qu’il nous faut cultiver et nous enrichir des ces multiples possibles.

Sans être une pratique réelle pour CARPé, notamment car certains de ses concepts moraux nous semblent un peu datés, l’hébertisme est définitivement une inspiration dans notre manière d’aborder la construction du corps et de l’esprit, dans notre manière de penser un être en harmonie avec lui même et avec son environnement

Survivalisme

Que se passe-t-il pour vous en cas de catastrophe? Inondation massive, tremblement de terre, attaque nucléaire ou chimique, suspension des réseaux de communication ou de l’électricité, attaque de zombie…. Que faites vous?

Je vous vois sourire, pensant aux très faibles probabilités d’une telle survenue dans nos pays dits développés. Je vous vois penser que tout est très bien organisé. Mais que se passe-t-il pour vous si l’organisation sociale sur laquelle vous compter ne fonctionne plus? Ou plus simplement pendant les 48 ou 72h qu’il faudra pour qu’elle se mette en place?

Les survivalistes sourient également à cette question, mais parce qu’ils savent très bien ce qu’ils feront. Selon leur préférence, ils ont un abri disponible, des réserves de nourriture et d’eau, des équipements de survie et de communication, des compétences pour l’autonomie dans différents milieux de vie. Ils sont relativement nombreux, ils sont très différents les uns des autres. Mais tous se préparent depuis les années 60 à la survenue d’une catastrophe.

Issu de l’hébertisme, le survivalisme est également le fruit des grandes angoisses économiques et politiques des années 60 et 70 aux Etats Unis. Etre prêt à affronter le pire est un moyen bien connu de diminuer son angoisse. De nos jours, le mouvement a évolué et c’est le développement de compétences permettant l’autonomie qui a le vent en poupe, ainsi que le développement de matériels efficaces.

Cette approche fait écho aux centres d’intérêt de CARPé : explorer les expressions possibles du corps humain, en harmonie avec l’environnement. Sans être un axe de recherche en lui même, le survivalisme trouve en revanche sa place comme lumière permettant d’imaginer et d’organiser nos pratiques

EDC

EveryDay Carry. Ce que vous emmenez chaque jour avec vous.

Chacun d’entre nous a son petit nécessaire de survie avec soi chaque jour. Depuis des évidents indispensables de nos vies que sont le portefeuille et bien souvent le téléphone, jusqu’au grigri souvenir apaisant en passant par les mouchoirs, le baume à lèvre, le briquet ou n’importe quoi qui traîne dans vos poches d’hiver en été. Toutes ces petites choses sans lesquels vous vous sentiriez nus.

Chez certains d’entre nous, ce petit nécessaire s’est construit de lui même dans le temps. Chez d’autres il est bien plus réfléchi. Chez les survivalistes (oui encore eux), l’EDC est un élément indispensable de leur réflexion. Il s’agit de créer un paquetage d’une taille permettant son transport au quotidien, mais qui regroupe tous les essentiels pour survivre en cas de catastrophe. Composer un EDC devient un véritable exercice de rationalisation des besoins, de recherche des éléments optimaux en termes d’efficacité et de volume, d’organisation de l’ensemble.

Sans pousser le jeu à l’extrême, la notion d’EDC nous semble pertinente dans le développement d’arts corporels, et d’autant plus quand ces arts investissent des espaces non conçus pour eux, espace urbain ou espace naturel, comme nous souhaitons le développer.

De plus, dans nombre d’arts corporels on retrouve la notion d’être prêt en toutes circonstances, par exemple dans les arts martiaux ou dans la danse où l’artiste-pratiquant doit pouvoir à chaque instant réagir ou se mouvoir dans n’importe quelle direction. L’EDC est une application différente du même principe théorique, l’explorer permet de trouver ensuite des résonances dans d’autres pratiques.